Quelques-uns de nos chantiers en images

Le jardin de la renaissance

Tout juste arrivée, la nouvelle occupante de ce pavillon nous confie son petit espace vert qui a bien besoin d’attention.

Une vieille terrasse en bois délabrée, un cerisier bien trop envahissant, un rideau de bambous fatigués,
et des touffes anarchiques de carex au sol forment un tout déroutant où l’œil ne sait pas où se poser.
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Deux sureaux délaissés ne demandent, eux, qu’à s’épanouir.

De la réfection de la salle de bain, on récupère lavabo et baignoire des années 30.

Dans le premier on plante des heuchères, tandis que la baignoire se transforme en bassin pour plantes aquatiques.

Le grand miroir posé sur un des murs extérieurs semble projeter le jardin à l’intérieur de la maison.

La suppression du cerisier laisse le jardin baigné de lumière; et après une taille adaptée, spécifique à chacun des sureaux, ils retrouvent éclat et panache.

Nichés sous la terrasse entièrement reconstruite de chêne massif, grosses pierres récupérées et tronçons de branches de cerisier forment un labyrinthe abrité pour le couple d’orvets et la grenouille rousse qui habitent les lieux.

En parfaite proportion avec les lieux, une vingtaine d’arbustes, des grimpantes et quelque deux cents vivaces encadrent, égaient et animent l’espace tout au long de l’année, grâce aux floraisons décalées et feuillages persistants.

Une véritable renaissance pour cet espace et ses occupants !

Un grand jardin près de Paris

Avant...
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

La jeune famille qu’abrite ce pavillon de banlieue ne profite pas du jardin, très abîmé et peu avenant.

Le parti est pris de préserver l’existant en bonne santé et d’accueillir de nouvelles plantes à valeur décorative comme la mauve. Un potager assorti d’un coin d’aromatiques produira aussi de jolies récoltes.

L’idée est de donner au jardin un certain vécu, une maturité, alors même qu’il est, pour l’essentiel, fraîchement planté. Des haies viennent isoler du voisinage, et quelques façades disparaissent sous la vigne vierge décorée de glycine.
Une variété de végétaux au port libre crée des volumes de couleurs et textures diverses qui se répondent.

Un pas japonais en grosses dalles irrégulières d’ardoise offre, pour finir, un chemin sinueux dans le gazon semé et invite à la promenade contemplative.

Le projet vise à rendre aux habitants un jardin en pleine santé. Intime, d’aspect naturel et un peu sauvage, qui procure selon notre client l’impression de se retrouver après une longue absence dans le jardin un peu échevelé de sa maison de campagne.

Un petit refuge urbain

Béatrice et Matthieu rêvent de transformer l’extérieur abîmé et sans vie de leur belle maison, en jardin verdoyant et accueillant. Photographe inspirée, Béatrice espère y observer la faune qu’elle sait si bien magnifier…
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider
Grâce aux plantations d’arbustes aux floraisons décalées flamboyantes, le jardin offre désormais un paysage qui illumine l’intérieur de la maison.

Deux allées de gravier blanc desservent maison et arrière-jardin, et la vigne vierge de Chine colore subtilement la façade. Les heuchères aux feuillages variés débordent gaiement des jardinières.

Une fois segmenté en deux terrasses, l’arrière-jardin pentu et tout en longueur retrouve un horizontal confortable et avenant.

Un jardin nourricier : le poirier en palmette verrier accueille les visiteurs, puis un carré potager, des framboisiers, cassissiers, fraisiers, et une vigne à fruits.

Grimpantes fleuries et rosiers habillent façade, palissade, et la nouvelle pergola. Un hortensia grimpant agrémente le lierre et la vigne vierge venus de chez le voisin.

Enfin, trois petits massifs de vivaces et graminées ornent le gazon pétillant de fraîcheur.

Un petit éden apparait, ajoutant une pièce luxuriante à la maison… Béatrice sublimera les lieux grâce à l’élégance de ses photos et du mobilier chiné.

Et voilà un refuge urbain pour la biodiversité papillonnant de vie !

Jardinet de campagne en ville

Avant...
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

“Je voudrais bien un jardin de graminées !”

Chantal en a eu assez de la vue désolée qu’offraient arbustes et mauvaises herbes parsemés autour de sa terrasse en bois. Une  villaine dalle de béton et un chemin pavé délimitaient les contours du jardin, niché au fond d’une cour intérieure.

Nous voilà désormais dans un petit jardin aux airs indomptés. Les floraisons discrètes de vivaces viennent danser à la surface de graminées de tailles, couleurs et textures diverses en perpétuel mouvement.

Trois grimpantes dominent ce lit chatoyant et délimitent le reste de la cour. A l’angle, les touffes compactes du bambou culminent et font le lien avec d’autres parcourant la longueur du mur.

La jolie terrasse en bois sous son rosier grimpant a été conservée. C’est un jardin de recoin, un îlot de prairie, en même temps qu’un lieu ouvert dont la vue s’étire vers l’extérieur.

Abondance d'un balcon parisien

L’immense balcon de Paul et Nicolas est situé en angle d’un immeuble du 11ème arrondissement.

Ils ont choisi le quartier de Belleville pour sa vie en constante effervescence.

Avant...
Avant
previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

Les quelques jardinières venues de leur ancien appartement semblaient esseulées et minuscules devant la taille impressionnante de la nouvelle terrasse.

Le défi : donner au balcon des allures foisonnantes, évoquant le fruit d’un travail patient de plusieurs années.

Une cinquantaine d’espèces différentes, vivaces, grimpantes, arbustes, aromatiques, forment un éventail très varié de pots et jardinières, qui ajoute à l’aspect hétéroclite que recherchaient Paul et Nicolas.

Pour chaque espace, une ambiance différente : douce et romantique près de la chambre avec des heuchères, des anémones, des gauras et des campanules.
Champêtre sur la terrasse avec plantes grimpantes et graminées.
Mexicaine, côté salon avec des plantes grasses disposées dans un esprit de collection, des euphorbes, un oranger du Mexique, et des sauges mexicaines.
Aromatique du côté de la cuisine, avec du fenouil bronze, de la bourrache, et de l’agastache.
Diverses variétés de graminées font le lien entre ces petits univers.

Résultats: Un paysage dont on profite de l’intérieur comme de l’extérieur, et qui laisse se dissiper derrière lui l’inévitable vis-à-vis parisien.

Autres réalisations

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider